LE RÔLE DU DÉPUTÉ

Pour les besoins de la campagne, on vous promet ciel et terre. Mais, en vérité, construire des écoles, des maternités, des routes ; acheter des moulins, creuser des puis, installer des pompes, aménager des mares et que sais-je encore ne relèvent pas vraiment des capacités officielles du député. Bien sûr, de par sa position privilégiée, le député peut influencer l’initiative, aider ces réalisations à se concrétiser en servant de catalyseur. Mais construire des écoles ou tout le bataclan… non, ce n’est pas du ressort du député. Il peut – et doit même – défendre les populations contre les abus de l’administration. Mais ce n’est pas à lui de construire des écoles et des maternités. Tout cela est du ressort des communautés, des collectivités décentralisées, de la société civile… avec l’appui et l’assistance de l’Etat. Si le député intervient dans tout cela, c’est de manière indirecte.

Le député est avant tout législateur. Il est élu pour représenter le peuple et prendre en son nom des décisions qui auront force de loi. Il a un autre rôle important : contrôler l’action du gouvernement. Il peut interpeller le gouvernement sur une situation donnée, sur sa gestion d’un événement particulier, adresser au Chef du gouvernement ou tout autre ministre des questions écrites ou orales sur un sujet précis.

 

Les députés peuvent aussi introduire une motion de censure contre le gouvernement. Si la motion passe, le gouvernement tombe, et on forme un autre gouvernement. Bien entendu, ces choses n’aboutissent pas. Mais, au moins, le gouvernement sait que quelqu’un a l’œil sur lui et se méfie de dévier de la voie légale.